François Bon ouvre une "librairie tiers livre" en partenariat avec Amazon




Au moment où le débat au sujet d'Amazon fait rage entre éditeurs et libraires, François Bon ouvre sur son site web une librairie tiers livre en partenariat avec Amazon.

Il propose un choix personnel de 101 livres, appelé à se renouveler, et dont il conseille l'achat aux visiteurs du site web via une librairie en ligne gérée par Amazon (qui reverse ensuite quelques centimes au site "tiers livre" pour chaque ouvrage acheté par ce lien).

Dans sa longue présentation, François Bon parle d'une question de "survie" pour l'auteur :

"« Il y a un pacte moral entre le livre et les libraires », insistaient encore récemment et gravement des libraires. Ce pacte j’entends bien le respecter. Mais dans le bouleversement actuel des rapports librairie-édition, l’auteur on n’en parle pas. Alors disons que pour notre propre survie on se fait aussi un peu éditeur, un peu libraire. Et pourquoi pas très bien libraire.
(...)
Je n’imagine pas qu’un ami libraire puisse venir ici avec reproche : quelqu’un qui fréquente ces cinquante belles et vitales librairies que nous défendons au jour le jour, et nous sommes soudés par tant de traverses communes, n’a aucune raison d’acheter un livre en ligne plutôt qu’à son passage à la librairie. Au contraire, les recommandations tiers livre peuvent contribuer à faire naître à leurs fidèles des envies, une demande précise de découverte ou relecture. (...)"

Jusqu'ici les auteurs mettaient fréquemment sur leur site web un lien entre les livres de leur bibliographie et Amazon, un des sites de vente en ligne de livres les plus connus et qui est considéré par beaucoup comme un des plus efficaces. Avec la "librairie tiers livre", on passe à la vitesse supérieure puisque toutes les lectures du moment de l'auteur sont proposées avec un lien vers une librairie en ligne.

Même si le partenariat avec Amazon sera sans doute abandonné par François Bon dès qu'une alternative viable sera proposée par un groupements de librairies en ligne indépendantes, il s'agit d'une étape supplémentaire dans la marginalisation des librairies réelles face aux librairies virtuelles. Elle montre comment Internet donne aux auteurs un pouvoir grandissant face aux éditeurs, mais aussi face aux libraires.

print article