Prix international flaiano de littérature: AMARA LAKHOUS, LAURÉAT DE L’ANNÉE 2006




border=0>




border=0>








   


src="formail/Nouveau%20anglaisFLASH/arabesques_fichiers/w01h01.gif"
width=1>
src="formail/Nouveau%20anglaisFLASH/arabesques_fichiers/w01h01.gif"
width=4 border=0>

src="formail/Nouveau%20anglaisFLASH/arabesques_fichiers/w01h01.gif"
width=1>
L'écrivain
et journaliste algérien Amara Lakhous, qui a eu déjà les honneurs des autorités
de la ville de Rome pour son dernier roman Choc des civilisations pour un
ascenseur à Piazza Vittorio
, lors d'une cérémonie de présentation qui a
eu lieu au Campidoglio (Capitole) de la capitale italienne, vient d’être élu,
lundi, parmi les trois lauréats de la 33e édition du Prix international Flaiano
de littérature. Ce roman, qualifié d’une “grande sensibilité” et d'une
“dimension exceptionnelle”, a valu à son auteur un succès retentissant puisqu'il
figure actuellement dans le “top ten” des livres les mieux vendus dans la
péninsule, selon le quotidien Il Corriere della sera et moins de deux mois après
sa parution, les deux premières éditions sont déjà épuisées, a indiqué “très
réjoui” son éditeur. Amara Lakhous, qui partage cette distinction de renommée
mondiale avec l'Italien Raffaele La Capria pour l'Amoureuse enquête et
l'espagnol Enrique Vila-Matas pour le Mal de Montano, recevra sa distinction le
2 juillet prochain au cours d’une cérémonie qui aura lieu au théâtre Gabriele
D’Annunzio à Pescara. Amara Lakhous, auteur de deux romans, Comment téter une
louve sans se faire mordre (éditions El Ikhtilef, Alger 2004) et le Corsaire
édité par une association culturelle italienne en 2000, s’est dit surpris mais
heureux de se retrouver aux côtés de grands écrivains préalablement primés, dont
certains d'entre eux avaient été Nobel de littérature, à l'instar de Seamus
Heaney 1995, Derek Walcott (2000)
et Wole Soyinka (2005). Choc des
civilisations pour un ascenseur à la piazza Vittorio est une “comédie à
l'italienne savante et irrésistible, racontée par un Algérien qui narre avec
ironie, à partir de fragments quotidiens, le vécu d'immigrés jaloux de leur
racine et de leur culture et qui sont confrontés à leur peur et à leurs
différences dans un quartier multiethnique où se croisent plusieurs cultures”.

 

Le blogue de Arabesques | print article

 
 
   www.arabesques-editions.com Web enhanced by Google