Bouteflika: "La colonisation française est la plus barbare de l'Histoire."

La colonisation française de l'Algérie est «l'une des formes de colonisation les plus barbares de l'Histoire, une agression injustifiée contre une nation, un Etat et un peuple», a affirmé hier le président de la République. Le chef de l'Etat, qui n'a cessé de décrier la colonisation depuis son discours à l'occasion du 50e anniversaire des massacres du 8 mai 1945, a, une fois de plus, fustigé le passé colonial de la France en Algérie.

Dans un message adressé aux participants au colloque international sur «le colonialisme : entre vérité historique et polémique politique», le président Bouteflika a précisé que cette colonisation «est la forme la plus barbare qui soit, en ce sens qu'elle était caractérisée par la destruction et les violations flagrantes des droits naturels et civiques les plus élémentaires du peuple algérien». «Plusieurs historiens français intègres ont levé le voile sur les crimes odieux commis par le colonisateur contre le peuple algérien et ont fait la lumière sur la réalité des pratiques abjectes qui demeureront un point noir dans l'histoire de la France coloniale», a souligné le président de la République.

Le chef de l'Etat n'a pas manqué d'exprimer son étonnement quant à l'amalgame qui subsiste aujourd'hui encore à ce sujet. «Un amalgame, entretenu à dessein, entre le mensonge politique et la lutte pour l'influence et les vérités historiques immuables sur lesquelles se fondent les relations entre les peuples et les nations.»

«Ces vérités, a-t-il dit, doivent être explicitées en toute fidélité à l'Histoire et avec probité scientifique, avec courage et surtout avec conscience et responsabilité pour éviter qu'elles ne demeurent source d'animosité et de doute ni un terreau pour les concepts extrémistes et les desseins malintentionnés.»

Soulignant que l'Histoire «n'appartient à personne et que nul n'a le droit de l'exploiter pour servir ses propres intérêts et ses visées personnelles», le président de la République a ajouté que le colonialisme français en Algérie «a été une violation flagrante du droit international humanitaire et s'inscrit en contradiction avec les dispositions de la résolution de La Haye de 1907, la Convention de Genève de 1949 et les accords suivants».

«L'acte de colonisation est condamnable de par sa nature et révocable de par ce qu'il représente, et à juste titre lorsqu'il est empreint de cette barbarie et de cette brutalité qui sont le propre de la colonisation française en Algérie», a-t-il souligné.

Répondant aux partisans des «bienfaits de la colonisation française», le chef de l'Etat a affirmé : «Il ne saurait y avoir de bon ou de mauvais colonialisme et toute tentative de brouiller les cartes en tentant de le justifier ou de le glorifier ne saurait lui conférer une quelconque légitimité ni effacer ses séquelles. Toute entreprise en ce sens ne fera bien au contraire que rouvrir les plaies et entravera les efforts de ceux qui oeuvrent pour la re-fondation d'une relation équilibrée entre deux Etats souverains.» S'attaquant aux nostalgiques de l'Algérie française, Bouteflika a affirmé : «Il semble que les affres que notre peuple a vécues et continue d'endurer du fait du colonialisme, notamment les effets des expérimentations d'armes nucléaires et les dangers que représentent les mines posées sur de vastes étendues de notre territoire, n'ont pas suffi puisque certains nostalgiques de l"'Algérie française" continuent, pour des raisons connues d'eux seuls, de glorifier le co lonialisme et de le considérer comme un phénomène positif, notamment en Afrique du Nord, avec une allusion toute particulière à l'Algérie.»

L'occasion pour le chef de l'Etat d'enchaîner sur la critique de la loi du 23 février glorifiant le passé colonial de la France. «D'aucuns auront poussé leur mépris jusqu'à promulguer une loi à ce propos. Une loi qui, en dépit de toutes les mutations survenues dans le monde, de la repentance de nombreux anciens colonisateurs et de leur reconnaissance officielle de leurs crimes contre les peuples colonisés, dénote cette nostalgie qu'ils nourrissent à l'égard d'un passé colonial pourtant si abject et odieux», a-t-il dit.

Après avoir rappelé la difficulté de dissimuler la vérité historique, le chef de l'Etat a affirmé que «toute tentative d'ignorer cette vérité ou de l'instrumentaliser en faveur d'intérêts personnels «ne fera qu'élargir le fossé et compromettre l'avenir des relations entre les deux pays».

La polémique politique suscitée «ne changera rien à la vérité et cette question ne saurait, à notre sens, servir de fonds de commerce aux politiques ni être cédée à la cupidité d'autant d'esprits mercantilistes et haineux à l'égard du droit des peuples à la liberté et à une vie décente», a ajouté le président Bouteflika qui a souligne que l'écriture de l'Histoire «relève de la seule compétence des historiens, des enseignants spécialisés et des chercheurs et il revient aux peuples et aux nations de façonner cette histoire. La polémique politique ne sera alors qu'un aléa qui risque, certes, de semer la confusion mais n'altérera en rien la vérité».

par Ghada Hamrouche
Copyright 2006. La Tribune, Alger. Tous Droits Réservés

Le blogue de la redaction

 
 
   www.arabesques-editions.com Web enhanced by Google