Guide

L'humanisme de l'Emir Abdelkader chez Waciny Laaredj, l'auteur algérien charme la critique littéraire tunisienne

L'humanisme et le sens du dialogue inter-civilisationnel de l'Emir Abdelkader est le sujet d'un article publié lundi dernier par un journal tunisien à travers la critique littéraire du dernier ouvrage du romancier algérien Waciny Laaredj, le Livre de l'Emir.

en lire plus

Le Président Bouteflika évoque des zones d'ombre" dans la "guerre de libération nationale

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a demandé, dans un message lu lundi 21 août en son nom à Béjaïa en Kabylie, aux historiens de "faire la lumière" sur les "zones d'ombre" que comporte la "guerre de libération nationale" menée en Algérie de 1954 à 1962
"Notre guerre de libération nationale a été menée par des hommes et des femmes que l'élan libérateur portait le plus souvent à un haut niveau d'élévation morale, mais elle comporte des zones d'ombre à l'instar de tous les processus de transformation violente et rapide des sociétés humaines", a-t-il estimé, dans ce message diffusé par l'Agence algérienne APS.

en lire plus

Timgad: Aucun projet de restauration n'est envisagé pour le moment

Majestueuse le jour, mystérieuse la nuit, la cité romaine de Timgad (Batna) s'anime et prend vie durant le Festival international de musique.
Le soir, elle brille de mille feux. Elle est rehaussée de lumières éclairant sa silhouette imposante et ses couloirs interminables. Les gros projecteurs cependant n'atteignent pas toute la cité où des vestiges se cachent dans l'ombre. Dans la pénombre, les colonnes, les fontaines et les vieux moellons ont tout d'un décor de film SF d'anticipation. L'endroit dégage une impression de paix que même la musique assourdissante du festival n'arrive pas à altérer.

en lire plus | Le blogue de la redaction

Bouteflika: "La colonisation française est la plus barbare de l'Histoire."

La colonisation française de l'Algérie est «l'une des formes de colonisation les plus barbares de l'Histoire, une agression injustifiée contre une nation, un Etat et un peuple», a affirmé hier le président de la République. Le chef de l'Etat, qui n'a cessé de décrier la colonisation depuis son discours à l'occasion du 50e anniversaire des massacres du 8 mai 1945, a, une fois de plus, fustigé le passé colonial de la France en Algérie.

en lire plus | Le blogue de la redaction

Alger, 1951, un pays dans l’attente, photographies inédites d’Etienne Sved

1951. L’Algérie est «calme». L’«Organisation spéciale», aile armée du Parti du peuple algérien, est démantelée depuis un an, mais le temps de la «colonisation paisible», des fausses promesses d’«amélioration de la vie des indigènes» a vécu. Pas seulement en Algérie, en Indochine aussi. Les généraux français demandent déjà des renforts pour battre la rébellion vietnamienne.

C’est à ce moment-là qu’Etienne Sved (2), photographe hongrois vivant en France, débarque dans l’Algérois. Il n’y vient pas pour faire des photos mais en stricte visite familiale. Il ne résistera pas longtemps au désir d’offrir à son appareil la réalité complexe du pays. Alger, 1951 est un petit tracé en images de son parcours. Six semaines, six cents instantanés. Le livre nous en restitue une partie, longuement commentées par l’historien français, Benjamin Stora, et deux écrivains algériens, Malek Alloula et Maïssa Bey (3).

en lire plus

Syndiquer le contenu
 
 
   www.arabesques-editions.com Web enhanced by Google