13e ANNIVERSAIRE DE L’OUVERTURE DU MUSÉE DE BOUSSAÂDA: Onze toiles d’étienne dinet récupérées


Onze toiles originales d’Étienne Dinet ont été récupérées, jeudi dernier, par le musée de Boussaâda qui porte son nom. Ces œuvres ont été exposées pour la première fois au public algérien.

 

 

Cette manifestation, à laquelle a pris part l’ambassadeur d’Allemagne en Algérie, correspond également à la 13e année de l’ouverture de ce musée et à la Journée mondiale des musées. “Nasreddine Dinet est véritablement un artiste qui maîtrisait son métier et un homme de cœur et d’esprit, animé par une foi très sincère. C’est aussi un être attachant et pourtant solitaire”, disait de lui Mohammed Racim.“Son art de l’exactitude recèle également une recherche métaphorique qui exprime une sensibilité engagée au service d’un idéal. Car, à la précision de l’observation s’ajoute l’intuition de la spiritualité qui se reflète chez ses personnages pour révéler leur âme, leur condition sociale et l’environnement culturel”, a commenté l’ambassadeur allemand. De son côté, un disciple de Dinet, présent parmi les nombreux artistes qui participaient à cette fête, a tenu à s’exprimer sur l’art du peintre disparu en 1929. “Cette peinture, accessible aux masses, évoque en fait la condition humaine. Un pathétisme discret et une certaine recherche le rapprochent quelque peu de l’impressionnisme, mais son originalité réside essentiellement dans la manière de camper ses personnages et de marquer leur figure du sceau du destin.” Alphonse-Étienne, devenu Nasreddine Dinet après son islamisation en 1913, est né en 1861 à Paris. En 1884, le Salon des arts plastiques du Palais de l’industrie lui a accordé une bourse pour l’Algérie, pays qu’il avait déjà visité en 1883, et où il resta, cette fois-ci, cinq années. Subjugué par la magnificence du Sud algérien, il entreprend, en 1905, un autre voyage et s’installera à Boussaâda pour vivre définitivement auprès de ses hôtes et de ses frères. Dinet a peint cint cent quatorze toiles. Elles sont répandues dans les quatre coins du monde. L’Algérie, à travers le ministère de la Culture, espère récupérer le maximum de ses œuvres qui sont exposées dans les grands musées du monde.

 

    Par Chabane BOUARISSA, le 21 Mai 2006

 

Le blogue de la redaction