Jeanne Hyvrard

Jeanne Hyvrard

Ecrivain français, elle est née à Paris en 1945. Economiste de formation et de profession, elle a été acculée à la littérature pour pouvoir prendre en compte et rendre compte de tout ce que l'orthodoxie de sa discipline laissait de côté. Ainsi s'est developpée depuis trente ans une oeuvre littéraire originale de romans, théorie-fictions, récits, essais, poèmes, chansons de geste et même livret d'opéra, dont on a dit qu'elle était toute entière un traité d'économie politique.

Cela est exact si on le comprend comme celui de la nouvelle économie politique, née de la révolution cybernétique et de la mondialisation globalitaire, pour et dans lesquelles l'auteure s'est appliquée à penser les nécessaires concepts nouveaux. Leur agencement se fait autour de la pensée de la fusion et de la séparation, de la contrairation (qu'il ne faut pas confondre avec la contradiction), du contraire qu'il faut distinguer de la négation, du tiers inclus ou exclu, et de tout ce qui pourrait s'analyser en termes de la deuxième moitié de la raison qui ne combattrait pas le champ de la logique en vigueur, mais chercherait au contraire à l'étendre, dans une pensée plus complexe, mieux adaptée à la matière vivante.

Il faudrait pour cela questionner le rapport à la mère dont la scotomisation est le noeud de l'agencement mental d'aujourd'hui: la logarchie. C'est l'ordre selon lequel un être-en-soi s'arroge une possibilité d'individuation personnelle en projetant sur un être-lieu de son entourage, la mémoire de sa mère et en lui interdisant la réciproque. Il en fait son bouc-emissaire pendant qu'il conserve pour lui même la maitrise de la fusion et de la séparation au gré de ses besoins, possibilité ontologique dont il prive l'autre. Cette logarchie n'est liée ni au sexe ni au genre, il y a le logarque , et la logarque, et on n'est pas logarque ou être-lieu de façon intrinsèque.

Tous ces concepts et quelques autres sont clairement définis dans le dictionnaire philosophique La pensée corps. Ils parcourent souterrainement toute l'oeuvre, mais celle-ci peut aussi bien être lue sans aucun souci théorique, chaque livre constituant une oeuvre d'art à part entière.

On peut au contraire les faire fonctionner ensemble comme un labyrinthe alchimique dans lequel chacun des livres renvoie à tous les autres, au sein d'une quête métaphysique du code (dans tous les sens du terme) de la chaorganisation du monde. Ainsi chacun peut-il trouver chaussure à son pied, selon l'époque et l'inspiration.



Newsletters

s'enregistrer aux lettres d'informations

Syndication

Syndiquer le contenu