Robbert Fortin

Robbert Fortin

Poète, peintre, graveur, né à St-Victor de Beauce (P.Québec). Études classiques au Séminaire Pie X de Hauterive (Baie-Comeau), et au Collège Brébeuf à Montréal.

Études universitaires en Lettres Québécoises et Création Poésie à l’Université du Québec à Trois-Rivières, et à l’Université Laval de Québec.

En 1993, il publie un premier recueil qui s’inscrit dans la Trilogie des Amériques et de l’Ailleurs, aux éditions Prise de Parole: La force de la terre reconnaît l’Homme à sa démarche, dont Claude Beausoleil écrira: « une voix singulière, qui parle de la volonté d’être au monde; il suffit de lire et de suivre les signes de ce beau recueil, ils sont à l’œuvre comme un petit vertige fondamental ».

Au deuxième recueil de cette trilogie Peut-il rêver celui qui s’endort dans la gueule des chiens, ( Grand Prix du Salon du Livre de Toronto 1996) dont François Ouellet écrira dans la revue littéraire Nuit Blanche: « Un très beau recueil ...des images chargées de sens qui entremêlent vie individuelle et destin collectif…l’écriture corrige le désordre du monde ».

L’année suivante, en 1997, il publie le troisième et dernier volet de cette trilogie Je vais à la convocation, à ma naissance , ( mention d’excellence de la Société des écrivains canadiens), dont Pierre Karch, professeur au Collège Universitaire de Glendon, Université York à Toronto, écrira:« Le poète qui prend ainsi conscience du pouvoir de la création, rétablit la prééminence de la poésie dans sa vie, mais aussi dans la nôtre…son syncrétisme religieux fait de lui, s’il faut en croire l’historien britannique Paul Johnson, qui tente de prédire ce que seront les cinquante prochaines années, non pas un auteur de fin de siècle, mais bien un poète de l’avant-garde qui introduit le XXIe siècle.»

En 1997, suivra un quatrième recueil Jour buvard d’encre , suivi de Choses Fragiles aux Editions du Vermillon, Ottawa.( Finaliste pour le prix Trillium 1998 ): « un hymne à la création...l’image et le rythme restent d’une beauté saisissante », écrit François Ouellet, professeur à l’Université Laval de Québec.

En 1998, il publie Les nouveaux poètes d’Amérique, à la maison d’édition Les Intouchables, coll. Poètes de Brousse, Montréal,( racheté par l'auteur en 2001 et épuisé) « un chant de guerre qui enterre résolument le XXe siècle et sa modernité sénile» dont Malcel Olscamp dira dans la revue littéraire SPIRALE que « ce recueil, par sa ferveur, par sa sincérité et par son bel emportement, pourrait très certainement sevir de manifeste aux nouveaux poètes de l’Amérique francophone ».

Puis au printemps de l’an 2000, il a publié un nouveau recueil aux Éditions de l’Hexagone, L’AUBE AUX BALLES VERTES dont David Cantin dans le DEVOIR écrit: «Le poème habite son indomptable vigilance. On entend cette réalité concrète qui se mêle à l’interrogation des sens…Fortin cerne avec force la distance envahissante du corps blessé».

En 2002, Robbert Fortin publie une nouvelle version, préfacée par Marcel Olscamp, de Les nouveaux poètes d'Amérique suivie de CANONS, à l'Hexagone; Tristan Malavoy-Racine écrit dans VOIR: « comme poésie incarnée, poésie engagée, on ne fait guère mieux...un manifeste du droit à la différence et à l'idéalisme dans un monde aussi formaté qu'un disque dur...sa poésie interroge nos croyances profondes et scande un blasphème nécessaire...une poésie électrochoc ».

En automne 2003, il publie à l'Hexagone un journal de poèmes (1960-1960) LA LENTEUR, L'ÉCLAIR, dont Thierry Bissonette dans Le Devoir écrit : « il fait de chaque poème la peinture et la transfiguration d’un moment vécu…cette poésie -dont la maturation ne cesse d’étonner depuis quelques années- nous confronte à une humanité palpable, audacieuse et souffrante, loin des huis clos d’esthètes et des pirouettes auprès des jurys ».

En 2003, Robbert Fortin devient directeur de la collection Poésie à L'Hexagone L'APPEL DES MOTS.

Il vit à Montréal où il donne fréquemment des récitals de poésie de même que des ateliers en milieux scolaires et universitaires.

Peintre, il a exposé ses oeuvres au Québec, au Canada, à Paris, à New-York, à Détroit, en Russie et au Japon.


Newsletters

s'enregistrer aux lettres d'informations

Syndication

Syndiquer le contenu