Poésie

Le cœur de la ville est un jardin, par Françoise Urban-Menninger

Vous l’ai-je assez dit / Que le cœur de la ville /
Est un jardin ? / Un jardin en patchwork de rues / Aux noms de fleurs et d’oiseaux / Un jardin tendu au cordeau / Par des ruelles étroites / Où les enfants s’inventent / Des secrets rue du Passage Bleu


lire la suite

Monsif Ouadai Saleh, Le serment foetal

Quel berceau de sens te donne cet éclat/Qui n'a ni horizons ni racines?/De quelle matière tu es né/Toi qui berces le temps de tes incantations sublimes,/Toi qui épuises l'élévation au cœur même/De mon souffle infime?/Dans mes questions je t'adore,/Dans mon adoration je te chante/


lire la suite

Nadia Ghalem, L’eau de la mémoire dans un sablier

il est un haras, là-bas / au loin, là-bas où le lilas fleurit / de vieux empires d'Autriche-Hongrie / les rêves caparaçonnés d'ennui / chavirent... comme un jardin qui dort / sous la pluie

lire la suite

Jeanne Hyvrard, Dans le Métropolitain

Ecrivain français, elle est née à Paris en 1945. Economiste de formation et de profession, elle a été acculée à la littérature pour pouvoir prendre en compte et rendre compte de tout ce que l'orthodoxie de sa discipline laissait de côté. Ainsi s'est developpée depuis trente ans une oeuvre littéraire originale de romans, théorie-fictions, récits, essais, poèmes, chansons de geste et même livret d'opéra, dont on a dit qu'elle était toute entière un traité d'économie politique.

lire la suite

Robbert Fortin, Les Chambres de Sel, Londres, l'île de la Cité et autres poésies

La mort exhibe ses couteaux / dans les chambres de sel / tu as hissé le fleuve / dans tes filets pour manger / tu as tenu tête aux éléments / le vent souple a pu t’aider / tes mains n’ont pas paniqué / si grande ta barque qu’elle laissait aux poissons / aucune vague à saigner

lire la suite

Syndiquer le contenu

Newsletters

s'enregistrer aux lettres d'informations

Syndication

Syndiquer le contenu