Beckett: le drame de Cana accroît l'urgence d'un accord cette semaine

Le drame de Cana accroît l'urgence d'un accord à l'Onu cette semaine pour mettre fin aux hostilités au Liban, a estimé lundi la ministre britannique des Affaires étrangères Margaret Beckett.

"Ce qui est important et urgent, c'est de s'assurer que ceci est la base d'un accord et que tous les efforts, toute la pression soient consacrés à obtenir cet accord maintenant, cette semaine", a déclaré la ministre à la BBC.
"Ce qui s'est passé (dimanche) était absolument effroyable et presque inévitable", a-t-elle ajouté.

Mme Beckett s'exprimait au même moment où la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, déclarait à Jérusalem qu'un cessez-le-feu et une solution durable à la crise libanaise pouvaient être trouvés cette semaine.

Israël a été généralement condamné après la mort dimanche d'au moins 52 civils dont 30 enfants, dans le bombardement du village de Cana, dans le sud du Liban, qui a entraîné l'annulation d'une visite de Condoleezza Rice à Beyrouth et une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu.

Pour Mme Beckett, le bombardement "a changé les choses en Israël tout comme il a changé les choses (...) dans le monde entier".

Elle a toutefois refusé de reprendre à son compte le qualificatif "disproportionnée" employée dimanche par son prédécesseur Jack Straw pour décrire la riposte d'Israël.

"Je m'intéresse beaucoup plus", a-t-elle dit, "à ce que dira la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu à New York cette semaine, et bien plus au fait de savoir si cela peut conduire (au déploiement) d'une force internationale et à un cessez-le-feu durable que je ne m'intéresse aux mots exacts" commentant les événements de Cana.

"Nous travaillons comme tout le monde à un cessez-le-feu, mais nous voulons que cela soit un cessez-le-feu qui dure plus qu'une journée et demi", a-t-elle insisté.

Margaret Beckett a évoqué la possibilité d'"étapes intermédiaires" avant un cessez-le-feu, notamment une "suspension des activités aériennes".
La ministre britannique a enfin souligné à nouveau "l'urgence absolue de travailler à une aide humanitaire".