Israël sème les graines de la haine

par Rana El-Khate

Le Président des Etats-Unis George Bush a souvent prétendu qu’Israël a un “droit” d’assurer sa propre défense.
Et Israël a souvent prétendu que l’Iran est un complice dans cette guerre contre lui. Ces deux prétentions, pour ceux d’entre nous qui vivent la “défense” israélienne au Liban, nous font nous demander où s’en est allée la boussole morale du monde et si la justice prévaudra un jour.

Comment définir la défense et quelles sont ses limites acceptables ? Le Hezbollah s’est emparé de deux soldats israéliens sur la frontière avec le Liban pour forcer à un échange avec des prisonniers libanais qu’Israël détient sans juste procès. L’un d’entre eux, Samir al- Qantar, est détenu depuis 27 ans. Les attaques du Hezbollah peuvent ne pas avoir été justifiées, mais l’expérience passée lui a enseigné qu’Israël ne tient aucun compte des résolutions des Nations Unies et des lois internationales, et ne connaît d’autre réponse que la force.

Pour cela, Israël réduit tout le Liban en bouillie. Ses F-16 fabriqués aux USA et ses largages massifs de bombes sur les fragiles cités, détruisent les maisons, les vies, un pays qui tentait de se rétablir sur ses fondements instables après une incivile guerre qui avait transformé un petit paradis en un petit enfer oublié.

Aucun Arabe n’est dupe de l’hypocrisie, car nous savons tous, en particulier ceux d’entre nous qui trinquons, que les mains étasuniennes sont pleinement celles qui fournissent bombes, munitions et machines de guerre aux Israéliens.

L’argument est invariable. La seule différence réside dans qui fait les accusations et quelles accusations “comptent” dans cette guerre asymétrique. Israël ne peut pas amener à son point de vue un peuple entier en le pulvérisant. L’Amérique a besoin aussi de comprendre que celui qui est attaqué finit par reprendre connaissance. Viendra un moment où l’humble va contre-attaquer.

Le soutien aveugle de l’Amérique à Israël même s’il bafoue effrontément le droit international, commettant des crimes de guerre sur un peuple innocent, est porteur de conséquences moins qu’agréables.

Les effets en cascade du ressentiment ne peuvent plus longtemps être contenus. L’Amérique et Israël déversent inconsidérément des accusations sur l’Iran, la Syrie, le Hamas et le Hezbollah dans une zone où la population a souffert les conséquences d’un monde endormi sur la roue de la justice.

Israël se sert du Liban comme d’un terrain d’essai pour ses armes et comme un lieu pour montrer sa force technologique au prix d’encore plus de vies arabes et d’humiliation. Cela ne promet rien d’autre qu’une tornade qui va toucher le globe et tous nous absorber.

Israël a bombardé le moindre pont du Sud Liban et au-delà. Il a bombardé les ponts dans et autour des quartiers chiites de Beyrouth. Il a bombardé les ports du haut en bas de la zone côtière, avec ses hélicoptères et ses avions, les mettant tous hors d’état de fonctionner et ébranlant par là-même la ville de Beyrouth

Il a détruit les principales artères à l’intérieur du Liban et pour le quitter. Le phare de Beyrouth a aussi été frappé. Son plus important silo à blé a été bombardé. Partout où il y avait des réservoirs de carburant importants, ils ont été, eux aussi, bombardés. Et chaque fois que l’un d’entre eux est touché, il explose invariablement à l’extrême - le carburant et le souffle provoquant un noir et dense panache de fumée brûlante qui engloutit de grandes bandes de terre. Qu’il y ait peu d’électricité publique ou juste assez d’eau pour échapper au brasier ne les empêchent pas de continuer à venir, rugissant pendant des heures d’affilée.

Israël a bombardé les principales pistes d’atterrissage du nouvel aéroport international de Beyrouth, qui venait d’être construit - à plusieurs occasions.

Il a presque entièrement effacé de la carte certains villages chiites. Il a visé des civils innocents qui fuyaient les villages que l’armée israélienne leur avait dit de fuir.

Plus de 200 personnes sont déjà mortes en l’espace de quelques jours et un nombre incalculable d’autres ont été blessées et sont mourantes dans des lits d’hôpitaux du sud du pays et des banlieues sud de Beyrouth.

Que veut faire Israël en estropiant ainsi le Liban, tout et chacun ?

Israël espère t-il réellement libérer ses soldats en faisant cela ? Si Israël avait semé les graines du ressentiment dans le passé avec son oppression des Palestiniens, ils les a non seulement arrosées mais a fertilisé les sols de la haine envers lui. C’est une situation peu enviable, en dépit de la “force” d’Israël. Les Arabes ne veulent plus servir de terrain de jeu au monde pour l’exercice de ses jeux d’asservissement sur notre sol.

Et quand tout ici sera perdu, qu’est-ce qui empêchera la colère d’atteindre les “disséminateurs” de la dévastation, ceux qui manipulent de manière insensée le monde, installés derrière d’imposants pupitres ?

Rana El-Khatib écrivaine et auteure palestinienne, est native d’Haïfa et vit à Beyrouth.

Source : Toronto Star www.thestar.com
Traduit de l’anglais par Gérard Jugant