La nuit de l'écrit du 13 au 14 octobre 2006

En ouverture de Lire en fête, dans la nuit du 13 au 14 octobre 2006, la Nuit de l’écrit offre une occasion unique de découvrir ou de redécouvrir le patrimoine et la création littéraire contemporaine grâce à une série de lectures publiques organisées avec des comédiens.
Au programme : lectures inattendues, rencontres avec des auteurs, concerts, signatures et autres bals littéraires...

en lire plus

11e Salon international du livre d'Alger - SILA du 30 octobre au 10 novembre 2006

Le Salon s’est tenu dans un contexte positif pour le livre français avec la réintroduction, depuis un an, du français dans la seconde classe de l’école primaire (soit plusieurs centaines de milliers d’apprenants du français par an) comme de certaines de disciplines enseignées à l’université (médecine, droit, etc.)

en lire plus

Foire internationale du livre de Pékin 2006

L’édition 2005 a marqué un tournant pour la foire internationale du livre de Pékin. C’était la première fois que les organisateurs lançaient une invitation d’honneur faite à un pays étranger : la France fut choisie. Une délégation d’une centaine d’éditeurs français avait donc fait le déplacement.

en lire plus

Etonnants Voyageurs du 26 au 28 mai 2007 à Saint-Malo !

205 invités au final, venus du monde entier, et particulièrement d’Orient dont 60 écrivains jeunesse, pour 260 rencontres, débats, lectures ou projections dans 17 lieux différents, onze expositions, 5 000 m2 d’espace librairie, dont 1 400 m2 pour la librairie jeunesse, 71 films projetés dont plusieurs avant-premières et partout une foule compacte, attentive, enthousiaste malgré les files d’attente obligées à l’entrée de chaque salle : la 17ème édition du festival Saint-Malo Etonnants Voyageurs aura été, de l’avis unanime, un énorme succès.

en lire plus

Revue "Les Langues Modernes": Enseigner le Mal

Le numéro 2/2006 des Langues Modernes - 100 ans de publication - Dossier "Enseigner le mal" vient de paraître!

en lire plus

Colloque "L'impersonnel en littérature" - Université du Maine (Le Mans) 9-10 mars 2007

Selon Gilles Deleuze, "…[É]crire n'a pas sa fin en soi-même, précisément parce que la vie n'est pas quelque chose de personnel. Ou plutôt le but de l'écriture, c'est de porter la vie à l'état d'une puissance non personnelle." En définissant la littérature ainsi, G. Deleuze nous demande de la penser non en termes d'un quelconque thème mais plutôt en termes d'activité, de créativité, d'une rencontre puissante. A partir de la définition proposée par G. Deleuze de l'"impersonnel" du texte littéraire comme "flux qui conjugue avec d'autres flux" se posent les questions suivantes: l'impersonnel peut-il nous aider à mieux penser le texte et, inversement, aider le texte à se penser soi même ?

en lire plus

 
 
   www.arabesques-editions.com Web enhanced by Google