Tunisie: Ouverture au Théâtre municipal de Tunis de la Semaine culturelle algérienne

La culture, véhicule de valeurs communes et vecteur de rapprochement permanent et de concorde

Le Théâtre municipal de la ville de Tunis a abrité, lundi soir, une soirée de musique et de chant aux couleurs algériennes, avec des thèmes folkloriques mais aussi des créations modernes de bonne facture, et ce, à l'occasion de l'ouverture de la semaine culturelle algérienne en Tunisie.

Cette soirée inaugurale a été rehaussée par la présence de M. Mohamed El Aziz Ben Achour, ministre de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, et Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture algérienne.

Ont également assisté à ce spectacle des membres du corps diplomatique accrédités à Tunis et un grand nombre d'hommes de culture, des arts et des médias de Tunisie et d'Algérie. Cette semaine culturelle se poursuivra jusqu'au 21 mai avec des activités variées programmées dans huit villes tunisiennes.

Dans son allocution d'ouverture, M. Ben Achour a mis l'accent sur l'importance de cet événement culturel qui constitue une nouvelle initiative confortant les liens de fraternité entre les deux pays et consacrant la coopération bilatérale dans les différents secteurs.

Il a rappelé les liens historiques qui unissent les deux peuples frères et qui ont été à la base des relations d'entraide et de solidarité lors du mouvement pour la libération nationale.

Le ministre a relevé l'attachement des Tunisiens et des Algériens à leur authenticité, à leur identité arabo-islamique et à leur appartenance maghrébine et méditerranéenne.

De son côté, Mme Khalida Toumi a mis l'accent sur l'importance stratégique de la culture en tant que lien solide entre les peuples tunisien et algérien, leur vision commune et leur sentiment d'appartenance à une même région, culture et civilisation.

Elle a salué l'entente entre les deux peuples frères pour l'enrichissement des cultures locales, la réalisation de la concorde, de l'unité et de la défense commune des spécificités culturelles du Maghreb arabe.

La ministre algérienne a, par ailleurs, salué les réalisations accomplies par la Tunisie, sous la conduite clairvoyante du Président Zine El Abidine Ben Ali, faisant observer que ces réalisations constituent un acquis tant pour la Tunisie que pour le Maghreb arabe et le monde arabo-islamique.

La 1ère partie de cette soirée a été consacrée à des rythmes modernes du rai, chawia et kabyle, interprétés par des chanteurs algériens connus en Tunisie comme Mohamed Laâmari, Hamidou, Chebba Zahouania, Massinissa, Samir Toumi et Rabeh Assma.
Le public a pu suivre par la suite trois tableaux du ballet national algérien, une troupe qui jouit d'une réputation distinguée au niveau national et international, avec à son actif 2.500 représentations dans, plus de 60 pays, obtenant plusieurs prix et médailles.

Les chorégraphies présentées ont permis de prendre connaissance de certaines facettes du folklore algérien s'agissant de la danse, de l'habit traditionnel et de la chanson.

La musique constantinoise, aux origines andalouses, était aussi de la fête avec la voix du cheikh du malouf Mohamed Tahar El Ferghani.

La Presse (Tunis)
le 17 Mai 2006
Publié sur le web le 18 Mai 2006


Google