Festival du théâtre professionnel: Présentation de la pièce Ayla Hamla

Dans le cadre du festival national du théâtre professionnel qui se déroule actuellement à Alger, la troupe du théâtre régional de Béjaïa (TRB) a présenté samedi dernier, au TNA, une pièce intitulée Ayla Hamla.

Mise en scène de Omar Guendouz qui a aussi joué le rôle de Mbarek, le père de famille, maçon. Le texte est l’œuvre de Omar Fetmouche. La pièce traite d’une manière linéaire, et dans le genre tragicomique, de la situation d’une famille condamnée à errer après la décision des autorités locales de les expulser du hangar où elle habite. Un hangar qui sera aménagé en chenil pour chiens bergers. En effet, la famille vient de fêter l’anniversaire du père qui vient de faire soixante ans. Une surprise réservée à Mbarek. A cette occasion, il reçoit de ses proches en guise de cadeau une brouette. Mais le lendemain de la fête lui réserve une surprise amère. Les membres de la famille attendaient Djamaleddine, un fonctionnaire pour demander la main de leur fille Selma. Ce dernier se présente et leur transmet la décision d’expulsion. Commence alors la vie d’errance. Ils s’installent dans une station de bus pour se retrouver en conséquence dans un commissariat de police. Le président d’APC se présente sur les lieux et les libère, tout en leur annonçant que leur problème de logement est réglé. Néanmoins, ils atterrissent dans une zaouïa. Le mausolée du saint est occupé par un sans-abri. Ils quittent les lieux. Le P/APC leur impose une solution ; les parents seront orientés vers un centre pour personnes âgées et les enfants confiés à un centre d’assistance sociale. La pièce est présentée avec ce souci d’économie en dialogues de manière à assurer l’équilibre entre le récit et la gestuelle. Les décors sont sobres. Ainsi, ils n’agressent pas les spectateurs, comme ils ne noient pas le texte. Omar Guendouz a, encore une fois, mis en valeur son talent. Sa prestation magistrale n’a pas étouffé le jeu des jeunes comédiens qui lui ont donné la réplique.

par Amnay Idir
le 29 Mai 2006
© El Watan, Alger

Le blogue de la rédaction